Le quartier pour femmes de la maison d’arrĂŞt de Pau est au bord de l’implosion selon les syndicats (1, 2). 
En une semaine, pas moins de cinq interventions ont eu lieu avec un bilan lourd pour le personnel de surveillance car un premier agent sera blessĂ© au poignet quant Ă  l’autre au visage suite aux coups portĂ©s par une dĂ©tenue, au feu de cellule et au refus de rĂ©intĂ©grer. 

Ă€ cela s’ajoutent des bagarres entre bandes rivales. 

Les syndicats, inquiets, rĂ©clament les transferts des dĂ©tenues qui posent problème, notamment celle qui a agressĂ© des personnels