Ce mercredi, l’Ă©tablissement bruxellois de saint-gilles est  Ă  la Une des mĂ©dias belges après l’ouverture d’une enquĂŞte sur un cas inĂ©dit de recrutement par courrier, pour le compte de Daech !
Si bon nombre de radicalisation se font dĂ©sormais via Internet, les dĂ©tenus n’ont pas accès Ă  la Toile et sont en gĂ©nĂ©ral recrutĂ©s par leur camarades de cellule. 

Mais le groupe Etat islamique semble vouloir tenter une nouvelle technique pour accĂ©lĂ©rer le phĂ©nomène de radicalisation dans les Ă©tablissements pĂ©nitentiaires. «On n’a pas connaissance d’un prĂ©cĂ©dent», a commentĂ© Kathleen Van De Vijver, porte-parole de l’administration pĂ©nitentiaire, alors qu’un dĂ©tenu a dĂ©couvert dĂ©but septembre un courrier glissĂ© sous la porte de sa cellule. La lettre, qui lui proposait de rejoindre Daech contre la promesse d’«un lopin de terre», Ă©tait «accompagnĂ©e d’un guide pour entrer en Syrie», a rapportĂ© l’agence Belga.

La Belgique compte, avec la France, parmi les pays europĂ©ens les plus concernĂ©s par la radicalisation islamiste et les dĂ©parts de combattants jihadistes vers la zone irako-syrienne. 412 Belges se sont rendus dans la zone ces dernières annĂ©es, et seulement 30% d’entre eux sont revenus en Belgique, selon les derniers chiffres officiels. Parmi les 288 combattants belges restĂ©s sur place, 126 sont prĂ©sumĂ©s morts.
Le Parisien