Un téléphone portable est découvert dans les mains d’un détenu par un surveillant de l’administration pénitentiaire.
C’est en passant devant ce gardien que le téléphone se met à sonner. Le prévenu reconnaît les faits devant la commission de discipline :
J’ai acheté ce téléphone à un détenu sortant. La cabine téléphonique coûte trop cher pour appeler ma famille.


Ce mardi 26 septembre 2017, la présidente du tribunal d’Argentan rappelle à l’audience le nombre impressionnant de condamnations dont fait l’objet l’intéressé.

Le ministère public souligne, lui, le comportement particulier du prévenu en détention qui se défend en évoquant les difficultés de la vie en prison.
Ce magistrat requiert six mois d’emprisonnement assortis d’un mandat de dépôt.

Son avocate conteste les réquisitions du procureur de la république et souligne le projet de réinsertion de son client.


Après en avoir délibéré, le tribunal le condamne à une peine de 6 mois d’emprisonnement assortis d’un sursis total et 210 heures de travail d’intérêt général (TIG) à effectuer dans une durée de 18 mois.
Actu