ContactĂ© par franceinfo lundi 9 octobre, après les rĂ©vĂ©lations concernant un projet d’attentat dĂ©jouĂ© dans la prison de Fresnes (Val-de-Marne), Emmanuel Baudin, secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du Syndicat national pĂ©nitentiaire force ouvrière (SNPFO), a expliquĂ© que les personnels pĂ©nitentiaires Ă©taient « aujourd’hui des cibles ».

« Je pense que les personnels doivent ĂŞtre très prudents, a-t-il alertĂ©. Il y a des notes qui sont publiĂ©es : ne pas sortir en uniforme, il faut faire attention sur les rĂ©seaux sociaux. Il faut que les personnels pĂ©nitentiaires fassent très attention. Ils sont aujourd’hui des cibles ».

D’après Emmanuel Baudin, les gardiens de prison sont « visĂ©s Ă  l’intĂ©rieur, c’est une rĂ©alitĂ©. A l’extĂ©rieur on se sait menacĂ©s aussi, puisqu’il y a eu des appels de Daesh il n’y a pas si longtemps Ă  tuer des surveillants, des policiers, etc. »

Un projet d’attentat menĂ© par deux dĂ©tenus radicalisĂ©s âgĂ©s de 22 et 28 ans depuis une cellule de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) a Ă©tĂ© dĂ©jouĂ© la semaine dernière, a appris lundi soir franceinfo de source judiciaire.

Les contours de l’attaque, qui devait avoir lieu Ă  l’extĂ©rieur de la prison de Fresnes, sont encore flous, mais selon le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral du SNPFO, le projet d’attentat « visait des forces de l’ordre : policiers, personnels pĂ©nitentiaires », des informations confirmĂ©es Ă©galement Ă  franceinfo de source proche du dossier.

Emmanuel Baudin prĂ©cise « qu’en Ă©coutant [les dĂ©tenus] sur les tĂ©lĂ©phones portables qu’ils avaient en cellule, les communications vers l’extĂ©rieur, on a pu empĂŞcher qu’ils mettent en application en sortant de prison ce projet d’attentat ».
France tv info