🇫🇷 Les prisons n’Ă©chappent pas au renseignement

La mise en Ă©chec d’un projet d’attentat fomentĂ© par des dĂ©tenus de Fresnes a dĂ©montrĂ© l’efficacitĂ© des nouvelles mesures de surveillance et de renseignement derrière les barreaux.

«Il y a urgence.» La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, n’a pas cachĂ© son inquiĂ©tude, rĂ©agissant mardi matin Ă  l’interpellation de deux dĂ©tenus de Fresnes (Val-de-Marne), soupçonnĂ©s d’avoir fomentĂ© un projet d’attentat. L’alerte initiale sur les projets terroristes des deux hommes, un Camerounais de 28 ans et un Français de 22 ans, Ă©manait de la Direction gĂ©nĂ©rale de la sĂ©curitĂ© intĂ©rieure (DGSI), selon nos informations. Le mode opĂ©ratoire et les cibles n’Ă©taient pas encore aboutis.

Ces arrestations ont remis en lumière le rĂ´le stratĂ©gique du renseignement pĂ©nitentiaire, qui a pris de l’ampleur. Depuis la loi de 2016 et son entrĂ©e en vigueur en dĂ©but d’annĂ©e, les recrutements se sont enchaĂ®nĂ©s et se poursuivent. 200 personnes y participent, dont une cinquantaine au Bureau central du renseignement pĂ©nitentiaire (BCRP). «Ça reste encore un peu l’âge de pierre», relativise l’un de ses membres. «Avant, c’Ă©tait le 118 712 !» souligne une source pĂ©nitentiaire, qui prĂ©fère positiver : «DĂ©sormais, ces agents sont habilitĂ©s secret dĂ©fense. Ils font jeu Ă©gal avec les autres services de renseignement et utilisent les mĂŞmes techniques.» Autant d’Ă©lĂ©ments qui permettent une «circulation beaucoup plus fluide de l’information».

CĂ´tĂ© chiffre, sur 70 000 dĂ©tenus environ, 500 le sont dans le cadre de procĂ©dures antiterroristes et 1 150, purgeant une peine de droit commun, sont considĂ©rĂ©s comme radicalisĂ©s. «Une Ă©pidĂ©mie galopante au sein de la dĂ©tention, fustige le syndicat Ufap, avec des gens qui se baladent au milieu de tout le monde, qu’il faudrait mettre en quarantaine.» Une volontĂ© d’un «Guantanamo Ă  la française», selon ses dĂ©tracteurs. C’est qu’en matière pĂ©nitentiaire, il y a eu «un avant et un après Osny», relève cette source, en rĂ©fĂ©rence Ă  la tentative de meurtre perpĂ©trĂ©e en septembre 2016 par un dĂ©tenu radicalisĂ© sur un gardien de cette prison du Val-d’Oise. L’attaque avait sonnĂ© le glas des cinq unitĂ©s regroupant les dĂ©tenus islamistes les plus durs.

Le Parisien

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.