đŸ‡«đŸ‡· Reims: Des dĂ©tenus en fin de peine rĂ©apprennent Ă  « ĂȘtre utile »

« On a l’impression de servir Ă  quelque chose » : pendant deux jours, cinq dĂ©tenus de la maison d’arrĂȘt de Reims (Marne), tous en fin de peine, s’activent Ă  restaurer les sĂ©pultures de civils morts durant les deux guerres mondiales.

Quatre dĂ©tenus sur cinq sortent sans amĂ©nagement de peine, alors que le taux de rĂ©cidive est plus faible chez ceux qui en ont bĂ©nĂ©ficiĂ©, selon un document de 2014 du ministĂšre de la Justice : 55% (et mĂȘme 39% pour les bĂ©nĂ©ficiaires d’une libĂ©ration conditionnelle) contre 63% chez les ex-dĂ©tenus en « sortie sĂšche ». 

À Lire :  đŸ‡ČđŸ‡¶ Ducos : Nouveaux affrontements entre dĂ©tenus dans la prison

Dans ce cimetiĂšre de 7 ha coincĂ© entre la sortie de Reims et les immeubles, le petit groupe rĂ©pĂšte les mĂȘmes gestes en silence : arracher les mauvaises herbes, gratter la mousse, peindre et disposer des fleurs sur chaque sĂ©pulture laissĂ©e Ă  l’abandon.  
« On est dĂ©laissĂ© en prison, on est posĂ© comme ça en cellule, c’est la routine dodo-gamelle-promenade…et les parloirs, trois fois par semaine. Au moins lĂ , ça nous occupe l’esprit et on fait quelque chose de nos mains », estime cet ancien menuisier aux multiples tatouages…
L’express

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.