đŸ‡«đŸ‡· BĂ©thune: Une balayette et il fracture le bassin d’un dĂ©tenu au sein de la prison

C’était le 9 septembre, dans la cour de promenade. Ce jour-lĂ , comme le montrent les images des camĂ©ras de surveillance, il va vers un dĂ©tenu, tente de lui mettre deux gifles avant de faire une balayette qui fait tomber l’autre dĂ©tenu. La victime hurle aussitĂŽt de douleur et pour cause : une fois emmenĂ© Ă  l’hĂŽpital par les pompiers, les mĂ©decins dĂ©couvrent qu’il a le bassin fracturĂ©.

« La balayette, c’était juste pour le calmer »

Face aux juges, l’Arrageois explique que ce dĂ©tenu avait eu un diffĂ©rend avec d’autres individus et qu’il lui avait manquĂ© de respect. La balayette, c’était juste « pour le calmer », pas pour le blesser explique-t-il. Les excuses qu’il rĂ©pĂšte tout au long de l’audience semblent sincĂšres chez celui qui a aidĂ© la victime aprĂšs l’avoir fait tomber.

Une maladie dĂ©couverte Ă  l’hĂŽpital

La procureur, elle, y voit malgrĂ© tout des violences aux consĂ©quences graves et requiert sept mois de prison supplĂ©mentaires. Me Peine-Herbaux, qui estime que tout ça est certainement arrivĂ© Ă  cause « de la promiscuitĂ© en dĂ©tention », indique que si les blessures sont graves, c’est aussi parce que la victime – qui ne s’est pas constituĂ©e partie civile – avait un problĂšme de santĂ© fragilisant ses os qui n’a Ă©tĂ© dĂ©couvert que lors de son hospitalisation suite Ă  ces faits.

Les juges ont finalement condamné Dylan Ansart à 8 mois de prison ferme supplémentaires.

La Voix du Nord