Les sapeurs-pompiers ont été mobilisés en très grand nombre ce lundi vers 14 h 20, quand un feu s’est déclaré dans une cellule de la maison d’arrêt du centre pénitentiaire de Longuenesse. Un très important dispositif de secours s’est déployé dans la cour. Le directeur interrégional des services pénitentiaires, Alain Jégo, a précisé à l’AFP qu’« une personne détenue a mis le feu à son matelas », causant « un gros dégagement de fumée ».

« Quand nous sommes intervenus, nous n’avons pu que constater son décès »

« La personne détenue est décédée dans le cadre de cet incendie, elle aurait été intoxiquée par la fumée. Quand nous sommes intervenus, nous n’avons pu que constater son décès », a ajouté M. Jégo, précisant que le codétenu de la victime était alors en « parloir avocat ».

Le foyer est éteint, mais les secours sont toujours sur place. Un hélicoptère du SAMU s’est posé vers 15 h 15. Il est reparti deux heures plus tard. À 15 h 22, le service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) du centre hospitalier Calais est arrivé en renfort, ainsi que quatre véhicules des hommes du feu supplémentaires. Peu après 16 h, une cellule médicale des sapeurs-pompiers a rejoint le dispositif, ainsi que le SMUR d’Arras. Des officiers de police sont également sur les lieux.

Le procureur de la République est arrivé, vers 17 h, ainsi que des représentants de la direction interrégionale des services pénitentiaires de Lille. L’équipe régionale d’intervention et de sécurité (ERIS), l’équivalent du groupe d’intervention de la gendarmerie (GIGN) dans la pénitentiaire, est sur place pour prévenir tout risque de mutinerie. Vers 17 h 15, depuis l’extérieur, les cris des détenus sont audibles.

Trois véhicules d’oxygène sont arrivés sur place, laissant supposer que des personnes ont souffert des inhalations de fumées. Peu avant 18 h, le SMUR de Calais est reparti, ainsi qu’un véhicule emportant des agents pénitentiaires sous assistance respiratoire.

La voix du nord