Il aura fallu l’équipe régionale d’intervention et de sécurité de la pénitentiaire (ERIS), une unité d’élite basée à Lille (Nord), pour que tout rentre dans l’ordre mercredi, au centre pénitentiaire de Beauvais. Selon les syndicats Force ouvrière et UFAP, peu après 15 heures mercredi, une trentaine de détenus ont ainsi refusé de regagner leurs cellules après une promenade.

A l’origine, un détenu connu pour être perturbateur à qui le transfert a été refusé. L’individu, énervé, a embrigadé d’autres prisonniers. Malgré des discussions avec le personnel du centre pénitentiaire de Beauvais, il aura fallu, « attendre 20h15 » et l’intervention des ERIS pour que les détenus regagnent leurs cellules dans le calme. Selon l’UFAP, le meneur a été placé en quartier disciplinaire.

Le Parisien