L’affaire avait fait grand bruit. Le surveillant pĂ©nitentiaire approvisionnait la prison, en produits stupĂ©fiants, alcools et autres tĂ©lĂ©phones mobiles… Il avait deux complices, un dĂ©tenu, et une personne Ă  l’extĂ©rieur de l’Ă©tablissement, qui Ă©tait le fournisseur. Le tribunal les a condamnĂ© Ă  des peines d’emprisonnement ferme… 4 ans pour les deux principaux accusĂ©s…

Le surveillant pĂ©nitentiaire, celui que l’on appelait « le Capitaine » est apparu plutĂ´t effacĂ©, empĂŞtrĂ© dans des explications confuses. 

Après avoir dĂ©libĂ©rĂ©, le tribunal a suivi les rĂ©quisitions du Ministère public, et condamnĂ© Ă  4 annĂ©es de prison ferme pour les deux comparses. Le pourvoyeur du rĂ©seau Ă©cope lui, d’un an avec sursis. 

MaĂ®tre Charlotte Rosier, avocate de l’ancien surveillant pĂ©nitentiaire reconnaĂ®t une faute de son client : « Malheureusement, rien n’est mis en place pour soutenir les surveillants pĂ©nitentiaires. Ils restent des ĂŞtres humaines. Et quand ils sont en difficultĂ©, en contact quotidien, avec des dĂ©tenus, ils sont sollicitĂ©s en permanence. Certaines personnes sont plus faibles que d’autres. C’est un mauvais choix qui a Ă©tĂ© fait, qui est sanctionné ». 

Ces condamnations viennent clore une polĂ©mique qui avait Ă©cornĂ© l’image de la prison de Baie-Mahault

France tv info

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.