Le prévenu Adam Singer, né en 1991 à Saint-Dizier, attend son procès pour meurtre à la maison d’arrêt de Bar-le-Duc. Le 29 septembre, dans la salle de musculation, il demande à un codétenu de lui couper les cheveux. Ce dernier ne peut brancher la tondeuse faute de courant. Adam Singer demande au surveillant de rétablir le courant. Devant le refus de ce dernier, il lui saute dessus et lui assène plusieurs coups de poing qui entraîneront une ITT de cinq jours.

Après avoir demandé un délai pour préparer sa défense le 2 octobre dernier, lors de sa comparution immédiate, il était jugé ce jeudi devant le tribunal correctionnel. Interrogé par la présidente Isabelle Drean-Rivette, le détenu répond d’emblée : « C’est injustifiable ce que j’ai fait. J’ai eu une réaction lamentable, je regrette ». Pour Me Forget, avocat de la partie civile, le surveillant a subi, en plus des blessures, un préjudice moral, physique et financier et demande 2.642 €.

La substitut du procureur relève que le prévenu a déjà six mentions sur son casier judiciaire : « Il a été condamné en 2012 pour des faits similaires et la semaine dernière, à une peine de quinze ans de réclusion pour meurtre ». Et de requérir six mois de prison ferme.

L’avocat du détenu, Me Nicolle, du barreau de Dijon, précise que la salle de musculation est l’endroit où l’on coupe les cheveux. « C’est plus le ton employé par le surveillant qui a déclenché sa colère. Il était en attente d’un lourd procès avec des enjeux importants. Je regrette que les caméras qui ont filmé la scène n’enregistrent pas le son. Cela nous aurait éclairés sur les propos tenus par les deux hommes ».

Après délibération, le prévenu a été condamné à six mois de prison et devra indemniser sa victime à hauteur de 1.171 €.

Est républicain