Quand il a été surpris par ses collègues, il n’avait sur lui « que » de la viande et des cigarettes. Mais quand les policiers ont perquisitionné son domicile, ils sont tombés des nues en découvrant la quantité impressionnante de produits anabolisants qu’il conservait chez lui.

Un surveillant de la prison de Fresnes âgé de 35 ans a été interpellé ce lundi midi pour « tentative de remise illicite d’objet par personne chargée de la surveillance des détenus et corruption passive par personne dépositaire de l’autorité publique ». Il a été placé au commissariat de L’Haÿ-les-Roses.

Jeudi dernier, des surveillants, qui avaient sans doute des soupçons, décident de le fouiller alors qu’il prend son service. Ils trouvent de la viande et des cigarettes. Des produits qui seront retrouvés également dans son sac, ainsi que du chocolat.

Quatre jours plus tard, les policiers de L’Haÿ-les-Roses débarquent chez lui. Et là, ils mettent la main sur un pistolet à grenaille et un autre à plomb. Il a remisé également une tenue de policier. Pourquoi ? L’homme explique qu’il a été adjoint de sécurité et qu’il a gardé son uniforme. Il a du reste toujours sa carte professionnelle.

Après, il y a la téléphonie. Six portables sont retrouvés mais aussi 13 cartes SIM et des coupons de recharge. Les policiers tombent également sur deux cartes de détenus et près de 1 900 € en petites coupures.

Reste le stock de produits dopants. Des dizaines voire des centaines de cachets sont saisies. Il y a là une quinzaine de produits anabolisants différents. Des traitements hormonaux, des stéroïdes et d’autres médicaments dont on ne sait pas encore à quoi ils peuvent bien servir. Pour l’heure, difficile de savoir si ces produits étaient introduits à la prison ou si ce trafic présumé n’avait rien à voir avec Fresnes.

Le Parisien