🇫🇷 Surpopulation carcĂ©rale : Macron veut promouvoir les travaux d’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral plutĂ´t que la prison

Emmanuel Macron se rend ce 31 octobre Ă  Strasbourg, afin de dĂ©fendre devant la Cour europĂ©enne des droits de l’Homme (CEDH) la nouvelle loi antiterroriste. Autre objectif de cette visite : plaider la cause de l’Etat français dans l’Ă©pineux dossier carcĂ©ral. 

l’enjeu principal de cette visite exceptionnelle concerne le dossier carcĂ©ral. Emmanuel Macron entend prouver son volontarisme en la matière. En effet, la CEDH a condamnĂ© Ă  de nombreuses reprises la France pour «traitements dĂ©gradants» de dĂ©tenus, notamment Ă  cause de la surpopulation dans les prisons. Pour ce faire, Emmanuel Macron devrait annoncer son projet d’instaurer des «peines alternatives Ă  la prison», selon le Huffington Post.
Vers la fin du «tout-carcéral» ?

Concrètement, il s’agit de favoriser les condamnations Ă  des heures de travaux d’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral, en crĂ©ant une agence qui superviserait l’exĂ©cution desdits travaux. Celles-ci ne reprĂ©sentent que 7% des peines prononcĂ©es. Or, le prĂ©sident les tient pour «rĂ©paratrices et ouvertes sur l’emploi». Elles offriraient en outre l’avantage de dĂ©sengorger les prisons françaises. 
La crĂ©ation d’une «agence des mesures alternatives Ă  l’incarcĂ©ration» figurait parmi les promesses de campagne d’Emmanuel Macron. NĂ©anmoins, ses prises de positions en tant que candidat concernant la nĂ©cessitĂ© de l’incarcĂ©ration n’Ă©taient pas sans contradictions. Il avait par exemple annoncĂ© son intention de faire exĂ©cuter en intĂ©gralitĂ© les condamnations jusqu’Ă  deux ans ferme derrières les barreaux – alors que la loi Dati de 2009 permet un amĂ©nagement intĂ©gral de ces peines, par exemple avec un bracelet Ă©lectronique.
Cette mesure suffira-t-elle Ă  apaiser le personnel pĂ©nitentiaire, qui dĂ©nonce rĂ©gulièrement les manques de moyens dans les prisons françaises, la surpopulation et la violence ? En avril dernier, la maison d’arrĂŞt de Villepinte avait Ă©tĂ© bloquĂ©e par des surveillants qui dĂ©ploraient des «conditions de travail dĂ©gradantes». Quelques jours plus tĂ´t, plus de 350 surveillants pĂ©nitentiaires avaient bloquĂ© durant quelques heures la maison d’arrĂŞt de Fleury-MĂ©rogis, la plus grande prison d’Europe, pour protester contre l’agression de six gardiens par huit mineurs lors d’une altercation entre dĂ©tenus qui a dĂ©gĂ©nĂ©rĂ©. 

Rt france

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.