🇫🇷 Châteaudun: La prison lui « pèse », il s’évade deux ans 

Nicolas Armenoult purgeait une peine jusqu’en 2018 lorsqu’il a décidé de ne pas rentrer de permission, au centre de détention de Châteaudun, en 2015 : « Je ne supportais plus la pression ».

C’est un ras-le-bol qui a poussé Nicolas Armenoult à ne pas réintégrer sa cellule du centre de détention de Châteaudun, après sa permission de sortir, comme il l’explique au tribunal de Chartres : « Je ne supportais plus la pression en prison. Ça me pesait trop. » Ce n’est pas la première fois que le détenu obtenait une permission de sortir. Il connaît les règles du jeu.

Pourtant, le 10 septembre 2015, il quitte le centre de détention de Châteaudun, où il purge une peine jusqu’en mai 2018, et se rend à un rendez-vous à Tours (Indre-et-Loire), et il ne revient pas.
L’air juvénile malgré ses 31 ans, il raconte : « Je devais rentrer à Châteaudun pour midi, c’était intenable. Quand j’ai vu que les horaires ne convenaient pas, ça n’a fait qu’un tour. »

Ă€ Lire :  🇫🇷 Porcheville: Un dĂ©tenu tente de transmettre un plan dĂ©taillĂ© de la prison Ă  sa visiteuse

À la question de la juge, qui l’interroge sur une éventuelle préméditation, le prévenu répond « non ».
Son avocat évoque la « bouffée de liberté » qui l’a emporté ce matin de septembre 2015 et « l’inconscience » qui a suivi. Pendant plus de deux ans, Nicolas Armenoult vit chez des amis, dont il tait les noms. Il voit sa compagne de temps en temps :

« Je n’ai pas commis de nouveaux délits. Je ne me cachais pas. » À tel point qu’il entame même des démarches pour trouver du travail. Il n’est « pas étonné » qu’il ait finalement été retrouvé, après 770 jours de cavale.
Désormais, il lui reste son reliquat de peine à effectuer. À cela, la juge a ajouté six mois supplémentaires.
L’Echo RĂ©publicain

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.