🇫🇷 France: Les familles de détenus basques saisissent le Défenseur des droits

« La dispersion des prisonniers politiques basques en France engendre une situation dramatique pour leurs parents et leurs amis Â», a dĂ©clarĂ© Muriel Lucantis, l’une des porte-parole des familles. 

« Cinquante-deux familles de prisonniers basques ont saisi le DĂ©fenseur des droits, une saisine basĂ©e sur les violations des droits perpĂ©trĂ©es par l’administration française. Mais nous n’avons pas de rĂ©ponse sur la suite de la saisine pour l’instant Â», a-t-elle ajoutĂ©. 

64 prisonniers de l’ETA sont incarcĂ©rĂ©s en France. La plupart ont demandĂ© leur transfert vers les centres de dĂ©tention de Mont-de-Marsan (Landes) ou Lannemezan (Hautes-PyrĂ©nĂ©es), toutes deux proches du Pays Basque, « sans aucun rĂ©sultat Â», selon Muriel Lucantis. 

Les familles dĂ©noncent « les voyages incessants et coĂ»teux qui leur sont imposĂ©s Â» pour rendre visite Ă  leurs proches. 

Ces longs voyages gĂ©nèrent chez toutes les familles « une forte tension, un Ă©puisement physique et psychologique Â», et « les consĂ©quences sont encore plus douloureuses pour les jeunes enfants et les personnes âgĂ©es Â», a encore soulignĂ© Urtzi Errazkin, autre porte-parole des familles. 

Ces dernières vont participer Ă  partir du 16 novembre Ă  un « tour des prisons Â» dans tout l’Hexagone, oĂą se trouvent des dĂ©tenus basques, une initiative impulsĂ©e notamment par Etxerat (« Ă  la maison Â», en français), le mouvement de soutien aux prisonniers. 

Ces familles participeront Ă©galement Ă  la manifestation du 9 novembre organisĂ©e par des associations et des organisations de dĂ©fense des droits de l’Homme Ă  la Gare Montparnasse Ă  Paris, « en soutien aux prisonniers Â». 

L’ETA, fondĂ©e en 1959 sous la dictature franquiste, a renoncĂ© en octobre 2011 Ă  la lutte armĂ©e, après 43 ans de violences au nom de l’indĂ©pendance du Pays basque et de la Navarre.  

Le 8 avril 2017, elle a livrĂ© aux autoritĂ©s françaises une liste de huit caches d’armes, toutes situĂ©es dans les PyrĂ©nĂ©es-Atlantiques, un geste saluĂ© par Paris, mais jugĂ© insuffisant par Madrid, qui a appelĂ© l’organisation Ă  se dissoudre. 

Au total, 829 assassinats sont imputĂ©s Ă  l’ETA, qui compte au moins 62 morts dans ses rangs. 

L’express

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.