🇫🇷 Béziers : soupçonné de meurtre, il est arrêté in extremis à sa sortie de prison

Ă€ quelques heures près, il aurait pu Ă©chapper Ă  la justice. Un ressortissant polonais a Ă©tĂ© mis en examen et Ă©crouĂ© le 28 octobre dernier Ă  BĂ©ziers, pour le meurtre d’une quadragĂ©naire, retrouvĂ©e morte Ă  son domicile cet Ă©tĂ©. L’homme, qui a reconnu les faits, a Ă©tĂ© identifiĂ© in extremis par son ADN, et interpellĂ© de toute urgence par les enquĂŞteurs de la brigade criminelle du SRPJ de Montpellier.

Car lorsqu’il a Ă©tĂ© identifiĂ©, il Ă©tait en cours d’expulsion vers son pays natal, après une brève incarcĂ©ration Ă  la prison de Villeneuve-lès-Maguelone.

« Ca s’est jouĂ© Ă  un jour près », reconnaĂ®t Yvon Calvet, le procureur de la RĂ©publique de BĂ©ziers. Le 16 aoĂ»t dernier, le propriĂ©taire d’un appartement situĂ© au 19 rue Debes, tout près du lycĂ©e privĂ© la TrinitĂ©, dans le centre-ville, se dĂ©cide Ă  appeler les pompiers. Il est sans nouvelles de sa locataire, Nora Khaldi, 49 ans. Et plusieurs habitants de ce petit immeuble s’inquiètent de l’odeur Ă©pouvantable qui se dĂ©gage de son logement.

Ă€ peine Ă  l’intĂ©rieur, les pompiers appellent la police. Car dans l’une des pièces se trouve le cadavre de la locataire, et les circonstances de sa mort sont suspectes. Le corps a Ă©tĂ© cachĂ© sous des tapis et des vĂŞtements, un ventilateur tourne, comme si on l’avait branchĂ© pour masquer les Ă©manations, et le logement a Ă©tĂ© verrouillĂ© de l’extĂ©rieur : les clĂ©s ne sont pas dans la serrure.

Une autopsie est ordonnĂ©e, qui ne permet pas de dĂ©terminer prĂ©cisĂ©ment les causes du dĂ©cès de la malheureuse. Le parquet ouvre une information judiciaire pour meurtre, et saisit le 21 aoĂ»t le SRPJ de Montpellier. Pour la PJ, l’enquĂŞte est difficile : la victime vivait dans un milieu marginal, frĂ©quentant beaucoup d’individus dans le monde de la toxicomanie. Seule indication : elle a sans doute Ă©tĂ© tuĂ©e le 8 juillet, car son tĂ©lĂ©phone cesse alors d’Ă©mettre, avant d’ĂŞtre utilisĂ©, deux jours plus tard, par un autre utilisateur, qui y insère une nouvelle carte Sim. Dernier souci : plusieurs objets semblent avoir Ă©tĂ© dĂ©robĂ©s, mais personne n’en retrouve trace.

Le 25 octobre, l’enquĂŞte fait un pas de gĂ©ant : l’un des ADN inconnus, prĂ©levĂ© sur la scène de crime, vient d’ĂŞtre identifiĂ©.
Il correspond Ă  celui d’un SDF polonais, qui est incarcĂ©rĂ© depuis quelques semaines Ă  la maison d’arrĂŞt de Villeneuve-lès-Maguelone. Et qui doit ĂŞtre expulsĂ©, avant le week-end, vers la Pologne.

Au lieu de retrouver la libertĂ©, le suspect a la mauvaise surprise d’ĂŞtre accueilli par les enquĂŞteurs de la brigade criminelle. Il est placĂ© en garde Ă  vue, et finit par avouer avoir violemment frappĂ© la victime.

« Il dit qu’une dispute a Ă©clatĂ©, car elle avait acceptĂ© de l’hĂ©berger, gratuitement, et puis elle lui a demandĂ© de l’argent » prĂ©cise le procureur Calvet. « Il dit avoir saisi un objet, et l’avoir frappĂ©e Ă  plusieurs reprises : elle serait morte de ces coups, et il aurait ensuite dissimulĂ© le corps. »

L’enquĂŞte va toutefois se poursuivre : plusieurs ADN inconnus recueillis sur place restent Ă  identifier. « Les circonstances exactes ne sont pas encore très bien Ă©tablies : on n’a que les dĂ©clarations du suspect, et les constatations mĂ©dico-lĂ©gales restent incertaines », prĂ©cise une source proche du dossier.
Midi Libre

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.