🇫🇷 Douai: Un député face à la surpopulation carcérale 

Ce lundi, une trentaine de prisons de France ont Ă©tĂ© l’objet de visites inopinĂ©es, de dĂ©putĂ©s de la RĂ©publique en marche. Le dĂ©putĂ© de la 17e circonscription du Nord, Dimitri Houbron, s’est rendu Ă  la maison d’arrĂŞt de Douai. 

Quelle est la situation des dĂ©tenus et des prisons de France ? Pour le savoir, des dĂ©putĂ©s ont, Ă  l’initiative de la PrĂ©sidente de la commission des lois de l’AssemblĂ©e nationale, visitĂ© une trentaine d’Ă©tablissements pĂ©nitentiaires ce lundi. Visite surprise, qui concernait notamment la rĂ©gion des hauts de France . La maison d’arrĂŞt de Douai a ainsi reçu la visite du dĂ©putĂ© la RĂ©publique en Marche de la 17e circonscription du Nord, Dimitri Houbron. 

En moyenne les maisons d’arrĂŞt des Hauts de France sont remplies Ă  136%. Avec des pics Ă  174% Ă  Longuenesse, 173% Ă  BĂ©thune, 165% Ă  Valenciennes, aucun Ă©tablissement n’Ă©chappe Ă  la règle. ConsĂ©quence : au minimum, il y a deux dĂ©tenus par cellule, voire trois, avec des matelas sur le sol. Les alternatives Ă  l’incarcĂ©ration, comme le bracelet Ă©lectronique, sont encore peu utilisĂ©es, moins d’un millier dans la rĂ©gion.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Argentan: Après plusieurs agressions, les syndicats tirent la sonnette d’alarme 

Le Nord-Pas-de-Calais est concernĂ© par un programme de construction de nouvelles prisons, lancĂ© par le gouvernement prĂ©cĂ©dent : un centre de dĂ©tention doit sortir de terre d’ici Ă  2021 sur le site de l’ancienne prison de Loos, près de Lille. Et la crĂ©ation d’un nouvel Ă©tablissement pĂ©nitentiaire de 600 places Ă  Saint Laurent Blangy près d’Arras a Ă©tĂ© actĂ©e par l’ancien garde des sceaux.

Sur place, Ă  la maison d’arrĂŞt de Douai, les syndicats considèrent que la visite d’un dĂ©putĂ© est « une bonne chose », mĂŞme si, assure Guillaume Potier, secrĂ©taire rĂ©gional de l’UFAP UNSA Justice, « les politiques n’ont pas mis les pieds en dĂ©tention assez longtemps pour comprendre ce qui se passe rĂ©ellement ». Il estime que les surveillants sont « fatiguĂ©s, stressĂ©s. Très peu de collègues viennent travailler sereinement, certains ont la boule au ventre ». Le syndicaliste demande la construction « d’Ă©tablissements adaptĂ©s, spĂ©cialisĂ©s. Il ne faut pas que tous les dĂ©tenus soient incarcĂ©rĂ©s tous ensemble ».

France Bleu

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.