đŸ‡«đŸ‡· Douai: Un dĂ©putĂ© face Ă  la surpopulation carcĂ©rale 

Ce lundi, une trentaine de prisons de France ont Ă©tĂ© l’objet de visites inopinĂ©es, de dĂ©putĂ©s de la RĂ©publique en marche. Le dĂ©putĂ© de la 17e circonscription du Nord, Dimitri Houbron, s’est rendu Ă  la maison d’arrĂȘt de Douai. 

Quelle est la situation des dĂ©tenus et des prisons de France ? Pour le savoir, des dĂ©putĂ©s ont, Ă  l’initiative de la PrĂ©sidente de la commission des lois de l’AssemblĂ©e nationale, visitĂ© une trentaine d’Ă©tablissements pĂ©nitentiaires ce lundi. Visite surprise, qui concernait notamment la rĂ©gion des hauts de France . La maison d’arrĂȘt de Douai a ainsi reçu la visite du dĂ©putĂ© la RĂ©publique en Marche de la 17e circonscription du Nord, Dimitri Houbron. 

En moyenne les maisons d’arrĂȘt des Hauts de France sont remplies Ă  136%. Avec des pics Ă  174% Ă  Longuenesse, 173% Ă  BĂ©thune, 165% Ă  Valenciennes, aucun Ă©tablissement n’Ă©chappe Ă  la rĂšgle. ConsĂ©quence : au minimum, il y a deux dĂ©tenus par cellule, voire trois, avec des matelas sur le sol. Les alternatives Ă  l’incarcĂ©ration, comme le bracelet Ă©lectronique, sont encore peu utilisĂ©es, moins d’un millier dans la rĂ©gion.

Le Nord-Pas-de-Calais est concernĂ© par un programme de construction de nouvelles prisons, lancĂ© par le gouvernement prĂ©cĂ©dent : un centre de dĂ©tention doit sortir de terre d’ici Ă  2021 sur le site de l’ancienne prison de Loos, prĂšs de Lille. Et la crĂ©ation d’un nouvel Ă©tablissement pĂ©nitentiaire de 600 places Ă  Saint Laurent Blangy prĂšs d’Arras a Ă©tĂ© actĂ©e par l’ancien garde des sceaux.

Sur place, Ă  la maison d’arrĂȘt de Douai, les syndicats considĂšrent que la visite d’un dĂ©putĂ© est « une bonne chose », mĂȘme si, assure Guillaume Potier, secrĂ©taire rĂ©gional de l’UFAP UNSA Justice, « les politiques n’ont pas mis les pieds en dĂ©tention assez longtemps pour comprendre ce qui se passe rĂ©ellement ». Il estime que les surveillants sont « fatiguĂ©s, stressĂ©s. TrĂšs peu de collĂšgues viennent travailler sereinement, certains ont la boule au ventre ». Le syndicaliste demande la construction « d’Ă©tablissements adaptĂ©s, spĂ©cialisĂ©s. Il ne faut pas que tous les dĂ©tenus soient incarcĂ©rĂ©s tous ensemble ».

France Bleu