🇫🇷 Ce que les députés ont appris sur la prison, après leurs visites surprises

Une trentaine de dĂ©putĂ©s, tous membres de la commission des Lois, ont visitĂ© plusieurs Ă©tablissements pĂ©nitentiaires le 7 novembre. Des Ă©lus rĂ©unis mercredi matin Ă  l’AssemblĂ©e pour Ă©changer leurs expĂ©riences.

De Longuenesse (dans le Pas-de-Calais) aux Baumettes (Ă  Marseille), en passant par Fresnes, Lyon-Corbas, et jusqu’Ă  Saint-Denis de la RĂ©union, 26 Ă©tablissements de tous types, maison d’arrĂŞt, centre de dĂ©tention, maison centrale pour les longues peines, ont reçu mardi la visite d’un ou plusieurs Ă©lus. Cela fait partie des prĂ©rogatives des parlementaires : ils peuvent se rendre quand ils le souhaitent dans tous les Ă©tablissement pĂ©nitentiaires.

L’idĂ©e, c’est que ces dĂ©putĂ©s, qui vont ĂŞtre amenĂ©s Ă  travailler sur les questions de justice, se fassent une idĂ©e concrète de la prison en France. Qu’en ont-ils retenu ?

23 dĂ©putĂ©s ont pris la parole, parfois longuement. Tous ont d’abord remerciĂ© la prĂ©sidente de la commission des lois, la dĂ©putĂ©e LREM YaĂ«l Braun-Pivet, Ă  l’origine de l’initiative. 

Au-delĂ  de la vĂ©tustĂ© des Ă©tablissements, des cellules de 9m² « triplĂ©es » dans les maisons d’arrĂŞt, que certains dĂ©couvraient pour la première fois, ils ont notĂ© que la surpopulation carcĂ©rale affectait autant les dĂ©tenus que les personnels. 

La suite sur France Inter

Nous avons besoin de votre soutien ! Cliquez ici pour en savoir plus !