🇫🇷 Ce que les députés ont appris sur la prison, après leurs visites surprises

Une trentaine de dĂ©putĂ©s, tous membres de la commission des Lois, ont visitĂ© plusieurs Ă©tablissements pĂ©nitentiaires le 7 novembre. Des Ă©lus rĂ©unis mercredi matin Ă  l’AssemblĂ©e pour Ă©changer leurs expĂ©riences.

De Longuenesse (dans le Pas-de-Calais) aux Baumettes (Ă  Marseille), en passant par Fresnes, Lyon-Corbas, et jusqu’Ă  Saint-Denis de la RĂ©union, 26 Ă©tablissements de tous types, maison d’arrĂŞt, centre de dĂ©tention, maison centrale pour les longues peines, ont reçu mardi la visite d’un ou plusieurs Ă©lus. Cela fait partie des prĂ©rogatives des parlementaires : ils peuvent se rendre quand ils le souhaitent dans tous les Ă©tablissement pĂ©nitentiaires.

Ă€ Lire :  🇬🇵  Baie-Mahault: Bagarre mortelle Ă  la prison

L’idĂ©e, c’est que ces dĂ©putĂ©s, qui vont ĂŞtre amenĂ©s Ă  travailler sur les questions de justice, se fassent une idĂ©e concrète de la prison en France. Qu’en ont-ils retenu ?

23 dĂ©putĂ©s ont pris la parole, parfois longuement. Tous ont d’abord remerciĂ© la prĂ©sidente de la commission des lois, la dĂ©putĂ©e LREM YaĂ«l Braun-Pivet, Ă  l’origine de l’initiative. 

Au-delĂ  de la vĂ©tustĂ© des Ă©tablissements, des cellules de 9m² « triplĂ©es » dans les maisons d’arrĂŞt, que certains dĂ©couvraient pour la première fois, ils ont notĂ© que la surpopulation carcĂ©rale affectait autant les dĂ©tenus que les personnels. 

La suite sur France Inter

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.