đŸ‡«đŸ‡· BĂ©thune : Ils s’en prennent Ă  leur codĂ©tenu en apprenant pourquoi il est en prison

Tous les dĂ©tenus ne jouissent pas de la mĂȘme rĂ©putation derriĂšre les murs de la prison. Si les braqueurs jouissent parfois d’une certaine aura, les agresseurs sexuels ne sont pas bien vus.

C’est certainement pour ça qu’un d’eux a prĂ©fĂ©rĂ© mentir Ă  ses deux codĂ©tenus en leur disant qu’il Ă©tait lĂ  pour vol. Mais quand il leur a avouĂ© qu’il avait Ă©tĂ© condamnĂ© pour des infractions sexuelles sur une mineure, ses codĂ©tenus ont vu rouge.

« J’ai craquĂ©. J’ai pensĂ© Ă  ma petite sƓur mais je n’ai pas voulu jouer les justiciers. »

«  Je me suis senti obligĂ© de dire pourquoi j’étais enfermĂ©, obligĂ© de me laisser couper les cheveux, obligĂ© de me laisser frapper  », explique celui qui dĂ©nonce les violences subies, selon lui, durant 4 heures. Lui qui avait les cheveux longs a eu droit Ă  une coupe au rasoir et a reçu des gifles et des coups de pied.

Les trois, sĂ©parĂ©s depuis les faits, se sont retrouvĂ©s dans le box, mercredi. Naim Benmoussa admet lui avoir mis une gifle, pas plus. «  J’ai craquĂ©, explique-t-il. J’ai pensĂ© Ă  ma petite sƓur mais je n’ai pas voulu jouer les justiciers.  » La coupe de cheveux ? Il dit lui avoir proposĂ© parce qu’il Ă©tait complexĂ© par ses cheveux longs


À Lire :  🚹 Rennes: Une surveillante subit la violence d'une dĂ©tenue de la prison

Benjamin Demailly minimise encore davantage : «  Moi, j’l’ai pas du tout frappĂ©. J’ai Ă©tĂ© condamnĂ© pour vol, je ne suis pas violent.  » Il raconte mĂȘme avoir tentĂ© d’alerter les surveillants, ce que nie la victime.

Une « humiliation »

Me Dubout condamne cette «  minimisation des faits  » et parle, lui, «  d’humiliation  ». La procureur non plus ne croit pas en ces versions Ă©dulcorĂ©es, qui ne collent pas avec les constatations du mĂ©decin lĂ©giste. Elle requiert un an de prison pour le premier, 6 mois pour le second.

MalgrĂ© les arguments de Mes Denissel et Mezine, Naim Benmoussa, LiĂ©vinois de 20 ans, a Ă©tĂ© condamnĂ© à 9 mois de prison et Benjamin Demailly, LozinghĂ©mois de 23 ans, à 3 mois. Les trois se retrouveront le 10 fĂ©vrier pour Ă©tudier la question des dommages et intĂ©rĂȘts.

La voix du Nord

2 Commentaires

  1. Bonjour, je suis le journaliste auteur de cet article (comme d’autres que vous avez partagez). Recopier de la sorte mon article, propriĂ©tĂ© de La Voix du Nord, c’est du plagiat. Les droits d’auteur et la propriĂ©tĂ© intellectuelle sont bafouĂ©s. HonorĂ© que vous apprĂ©ciez nos articles mais partagez les liens, ne jouez pas les plagieurs svp. Merci de prendre en considĂ©ration cette remarque. Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.