🇫🇷 Bretagne : Escortes judiciaires. Des conditions de travail jugées difficiles

Le syndicat pĂ©nitentiaire des surveillantes et surveillants brigadiers pointe les difficultĂ©s d’exercice des escortes judiciaires.

Ouvert Ă  Ploemeur (56) il y a un an et demi, le pĂ´le lorientais est l’un des deux centres bretons, avec Rennes, Ă  se charger d’escorter les dĂ©tenus de l’Ouest. Une mission qui Ă©tait auparavant dĂ©volue Ă  la gendarmerie et la police. « Force est de constater que malgrĂ© tous les efforts et l’investissement des quatorze agents en place sur le pĂ´le, les conditions de travail restent toujours aussi difficiles, quand bien mĂŞme les effectifs en personnel ont Ă©tĂ© lĂ©gèrement abondĂ©s ».

Ă€ Lire :  🇫🇷 CondĂ©-sur-Sarthe : Suite Ă  la tentative d’assassinat, 45 jours d’ITT pour le surveillant

Quatre nouveaux personnels sont en effet arrivĂ©s en septembre. « Mais avec des journĂ©es de travail de douze heures et plus et une fatigue qui lĂ©gitimement s’accumule, le ras-le-bol s’installe dans les rangs et la colère monte », ajoute le syndicat.

« Pourtant, la hiĂ©rarchie pĂ©nitentiaire rĂ©gionale est largement et rĂ©gulièrement avertie de la situation, mais la dĂ©gradation continue », termine le SPS, qui Ă©voque une probable action de mĂ©contentement, si aucune amĂ©lioration n’est apportĂ©e dans un proche avenir.
Le Télégramme

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.