Le syndicat pĂ©nitentiaire des surveillantes et surveillants brigadiers pointe les difficultĂ©s d’exercice des escortes judiciaires.

Ouvert Ă  Ploemeur (56) il y a un an et demi, le pĂ´le lorientais est l’un des deux centres bretons, avec Rennes, Ă  se charger d’escorter les dĂ©tenus de l’Ouest. Une mission qui Ă©tait auparavant dĂ©volue Ă  la gendarmerie et la police. « Force est de constater que malgrĂ© tous les efforts et l’investissement des quatorze agents en place sur le pĂ´le, les conditions de travail restent toujours aussi difficiles, quand bien mĂŞme les effectifs en personnel ont Ă©tĂ© lĂ©gèrement abondĂ©s ».

Quatre nouveaux personnels sont en effet arrivĂ©s en septembre. « Mais avec des journĂ©es de travail de douze heures et plus et une fatigue qui lĂ©gitimement s’accumule, le ras-le-bol s’installe dans les rangs et la colère monte », ajoute le syndicat.

« Pourtant, la hiĂ©rarchie pĂ©nitentiaire rĂ©gionale est largement et rĂ©gulièrement avertie de la situation, mais la dĂ©gradation continue », termine le SPS, qui Ă©voque une probable action de mĂ©contentement, si aucune amĂ©lioration n’est apportĂ©e dans un proche avenir.
Le Télégramme

Publicités