🇫🇷 Ajaccio : Des avocats dĂ©noncent des fouilles Ă  nu de femmes et d’enfants dans la prison

Un « incident grave », selon les avocats. La scène remonte au 6 novembre dernier. Partis rendre visite Ă  leurs conjoints dĂ©tenus Ă  la prison d’Ajaccio, plusieurs femmes et leurs enfants en bas âge ont fait l’objet d’une fouille Ă  nu. Pour le parquet, les opĂ©rations ont Ă©tĂ© effectuĂ©es dans les règles.

Plusieurs avocats, dont le bâtonnier du Barreau d’Ajaccio, une dĂ©lĂ©gation de la Ligue des Droits de l’Homme et l’Associu SulidaritĂ  se sont rĂ©unis ce jeudi soir dans la citĂ© impĂ©riale, pour faire le rĂ©cit d’un « incident grave », une « mesure dĂ©gradante et humiliante ». Ils ont dĂ©noncĂ© des opĂ©rations de fouille Ă  nu de femmes de dĂ©tenus ainsi que de leurs enfants.

L’incident rapportĂ© par les avocats s’est dĂ©roulĂ© le 6 novembre. Ce matin-lĂ , Ă  la prison d’Ajaccio, des fonctionnaires de police, accompagnĂ©s d’une cynophile, effectuent une opĂ©ration de contrĂ´le des visiteurs. Le chien marque l’arrĂŞt sur trois personnes, qui sont donc intĂ©gralement fouillĂ©es. Problème, selon les avocats : les fouilles Ă  nu ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©es dans un local qui n’Ă©tait pas clos et aucune substance prohibĂ©e n’a Ă©tĂ© dĂ©couverte. Pire encore, expliquent-ils, le bĂ©bĂ© d’une jeune femme a Ă©galement Ă©tĂ© fouillĂ©, jusqu’Ă  sa couche qui lui a Ă©tĂ© retirĂ©e.

De son cĂ´tĂ©, le parquet assure que l’opĂ©ration de contrĂ´le, prĂ©vue depuis plusieurs semaines, s’est dĂ©roulĂ©e dans les règles, et que la porte Ă©tait fermĂ©e lors de la fouille. « Ces opĂ©rations sont très frĂ©quentes sur le continent, mais rares ici. C’est peut-ĂŞtre cela qui a choqué », explique Eric Bouillard, le procureur de la RĂ©publique d’Ajaccio.

Sur l’une des personnes, les policiers ont indiquĂ© avoir retrouvĂ© un message Ă  destination d’un dĂ©tenu Ă©voquant une transaction financière. Sur une autre personne, des cigarettes ont Ă©tĂ© retrouvĂ©es. Le parquet d’Ajaccio assure qu’il n’y aura pas de poursuites cette fois, mais que d’autres contrĂ´les de ce type pourront avoir lieu. Les avocats souhaitent saisir le DĂ©fenseur des droits pour dĂ©noncer ce traitement qu’ils estiment « illĂ©gal, humiliant et inhumain ».

Ecoutez le rĂ©cit d’une femme ici

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.