đŸ‡«đŸ‡· Prison. En France « On compte 70 000 dĂ©tenus pour moins de 60 000 places »

La contrÎleure générale des lieux de privation de liberté, Adeline Hazan, dénonce la surpopulation carcérale en France. Mais elle pointe aussi que le nombre de places en prison a doublé en 25 ans sans que la délinquance ait augmenté. Elle livre à Ouest-France ses réflexions et ses propositions.

« Les oubliĂ©s de la sociĂ©té », c’est le thĂšme des JournĂ©es nationales des prisons, organisĂ©es la semaine prochaine. ConsidĂ©rez-vous que les dĂ©tenus sont oubliĂ©s ?

Oui, complĂštement. On considĂšre encore trop que la prioritĂ© est la mise Ă  l’écart des dĂ©tenus pour la sĂ©curitĂ©. Ce devrait ĂȘtre de les rĂ©insĂ©rer, de prĂ©parer leur sortie. Beaucoup sont souvent, avant leur incarcĂ©ration, dĂ©jĂ  des oubliĂ©s de la sociĂ©té : en difficultĂ© d’un point de vue social, avec des histoires familiales chaotiques. Et sans cette prioritĂ© de la rĂ©insertion, la prison n’aboutit qu’à une chose : les « dĂ©sinsĂ©rer » davantage.

À Lire :  đŸ‡«đŸ‡· Fresnes: Un surveillant dĂ©couvre un dĂ©tenu pendu avec ses draps

La surpopulation carcĂ©rale persiste. Quelle est la situation aujourd’hui ?

Dramatique. On compte prĂšs de 70 000 dĂ©tenus pour moins de 60 000 places. Cela veut dire, dans certains Ă©tablissements, trois dĂ©tenus dans des cellules pour deux, ou encore, comme Ă  Nice, cinq femmes dans une piĂšce de 11 m2. C’est une indignitĂ© de les faire vivre comme cela, dans des cellules souvent dĂ©gradĂ©es, avec un Ă©tat d’hygiĂšne Ă©pouvantable.

Y a-t-il assez de surveillants ?

La suite sur Ouest-France

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.