Au centre de détention de Longuenesse, cinq détenus sont fiers d’eux, jeudi 23 novembre. Ils viennent d’achever la fresque qu’ils réalisent depuis quatre jours, avec un graffeur professionnel. Ensemble, ils ont choisi de représenter Mohamed Ali, boxeur américain connu dans le monde entier et décédé en 2016. «  C’est notre chef-d’œuvre  », présente Billel, en désignant le mur d’une salle commune.

Une citation pleine de sens

L’an dernier, le graffeur Baptiste Provenzano, venu de Lorraine, était intervenu, pour réaliser un portrait de Victor Hugo avec les détenus de la maison d’arrêt. Cette année, les cinq hommes font partie du module responsabilité et respect du centre de détention. Participer à des activités fait partie de leur engagement.

Les artistes en herbe étaient libres de choisir la personnalité dessinée. Le premier jour, ils ont réalisé des croquis, listé des noms : Mandela, Coluche… Le lendemain, Baptiste Provenzano est revenu avec plusieurs portraits et citations des personnes évoquées. Celles de Mohamed Ali avaient une résonance particulière : «  Il a mené beaucoup de combats, à la fois de boxe et contre la maladie, explicite Billel. La citation montre que quoi qu’il arrive, on peut tomber mais il faut se relever  ». Ce à quoi Amar ajoute : «  On a le droit à l’erreur mais pas le droit de rester dans l’erreur  ».

La suite sur La voix du nord

Vous aimez cet article ? Participez à l'évolution d'actupenit.com avec un don de 1€ !

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.