À la maison d’arrêt de Longuenesse, le module responsabilité et respect est en expérimentation depuis un an. Le centre de détention suit le mouvement en le proposant depuis début octobre.

Les cinq détenus participant à l’atelier graffiti sont issus du module responsabilité et respect, mis en place au centre de détention depuis début octobre. Un module encore expérimental en France, que la maison d’arrêt de Longuenesse teste depuis un an. Et les preuves sont là, selon le directeur adjoint de la prison, Jean-Luc Hazard: « En un an, seules dix procédures disciplinaires ont été prises ».

Un contrat avec les détenus

Le principe de ce module est de passer un contrat avec les détenus: ils ont plus de libertés en détention, comme le fait de pouvoir circuler plus librement dans leur aile, mais ont aussi des exigences à remplir. Ils s’engagent à respecter le personnel, les intervenants, à payer les parties civiles et se soigner le cas échéant, etc. Tous peuvent postuler, mais ils doivent ne pas avoir commis d’incident pendant au minimum deux mois.

La suite sur La voix du nord

Publicités