Il semble selon le syndicat pĂ©nitentiaire des surveillants , que la direction du centre pĂ©nitentiaire de RĂ©au aurait accordĂ©, le droit Ă  un dĂ©tenu, d’introduire divers objets lors d’un parloir.

En effet le syndicat affirme que la directrice d’un des bâtiments de l’Ă©tablissement, aurait acceptĂ© que l’homme fasse rentrer un appareil Ă  croque monsieur ainsi qu’un cuiseur pour frites, un tapis ou encore une table basse.

Les syndicalistes s’inquiètent du danger que ces objets reprĂ©sentent Ă  l’intĂ©rieur de la prison et s’inquiètent des dolĂ©ances des autres dĂ©tenus après avoir Ă©tĂ© informĂ©s de cette autorisation pour l’un d’entre eux.