La France est un mauvais Ă©lève en matière de dignitĂ© des condamnĂ©s. Elle a Ă©tĂ© condamnĂ©e Ă  17 reprises par la cour europĂ©enne des droits de l’homme pour ses prisons vĂ©tustes et surpeuplĂ©es. Le taux d’occupation des maisons d’arrĂŞt est de 139%. La France enferme beaucoup et pour des peines de plus en plus longues.

Après des mois ou des annĂ©es d’enfermement, il faut retrouver ses marques dans une sociĂ©tĂ© qui a Ă©voluĂ©. Quelle vie après la prison ?  À leur sortie, les dĂ©tenus n’ont souvent que quelques sous en poche. Souvent seuls, ils doivent se rĂ©insĂ©rer et parfois, c’est la rĂ©cidive.

L’AprĂ©mis est une association de rĂ©insertion des dĂ©tenus Ă  Amiens, conventionnĂ©e par l’Administration pĂ©nitentiaire. CrĂ©Ă©e par un juge de l’application des peines, il y a 30 ans, pour prĂ©venir les « sorties sèches » et la rĂ©cidive, elle a accompagnĂ© cette annĂ©e 72 personnes en placement extĂ©rieur. Des personnes isolĂ©es et fragilisĂ©es.

C’est une mesure d’amĂ©nagement de peine pour les dĂ©tenus proches de la sortie de prison ou ceux qui ont Ă©tĂ© condamnĂ©s Ă  des peines infĂ©rieures Ă  deux ans. Louis travaille dans son chantier d’insertion Ă  Amiens. Son quotidien est tout de mĂŞme contrĂ´lĂ© par l’association AprĂ©mis mais la libertĂ© est proche.

Voir les vidéos ici

Publicités