🇫🇷 Valence: Un an après les mutineries, le sénateur de retour à la prison

Il y a un an, le sĂ©nateur de la DrĂ´me Gilbert Bouchet (LR) avait passĂ© plusieurs heures au centre pĂ©nitentiaire de Valence. Une visite d’observation après deux mutineries survenues dans le quartier maison centrale 2, le 25 septembre et le 27 novembre 2016, et des dĂ©gâts chiffrĂ©s Ă  plus de 1,7 million.

DĂ©but 2017, le sĂ©nateur avait envoyĂ© son rapport Ă  Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice sous Françoise Hollande. Il avait prĂ©conisĂ© une hausse des effectifs, une rĂ©organisation en binĂ´me des services d’ouverture et de fermeture des cellules. Gilbert Bouchet avait encore annoncĂ© : « Il est probable que la remise en Ă©tat du bâtiment prenne plus de 6 mois ».

Ce matin, de retour au centre pĂ©nitentiaire, le sĂ©nateur a constatĂ© que le quartier maison centrale 2, dĂ©vastĂ©, n’est toujours pas en fonctionnement. « Les travaux n’ont pas dĂ©buté », a indiquĂ© Luc July, directeur du centre pĂ©nitentiaire. Ajoutant : « Des arbitrages de l’administration centrale sont en cours pour la restauration de ce quartier. Des amĂ©nagements fonctionnels sont toujours Ă  l’Ă©tude, notamment concernant le cloisonnement renforcĂ© entre les Ă©tages On espère pouvoir l’ouvrir en dĂ©but d’annĂ©e 2019 ».

« Une mutinerie ça coûte cher ! »

Par ailleurs, suite Ă  la fermeture de ce quartier, le quartier maison centrale 1 avait Ă©tĂ© renforcĂ© en effectifs. Notamment par la prĂ©sence de deux surveillants par Ă©tage. « En janvier 2018, selon les prĂ©conisations de l’administration, un seul agent se trouvera par Ă©tage, afin d’anticiper l’ouverture du quartier maison centrale 2. Les effectifs ne permettront pas de maintenir deux agents par Ă©tage. Lors d’un groupe de travail, les surveillants ont acceptĂ© cette mĂ©thode, et ont fait le choix de l’expĂ©rimenter », a indiquĂ© Luc July.

Selon Sylvain Royère, reprĂ©sentant syndical Ufap-Unsa Justice : « Pendant un an, il n’y a pas eu d’incident ni de frustration avec la mise en place du binĂ´mage. On ne comprend pas. On va sur les mĂŞmes dĂ©rives, et une mutinerie, ça coĂ»te cher ! Il faut revoir l’organigramme de l’Ă©tablissement ».

A sa sortie du centre pĂ©nitentiaire, le sĂ©nateur Bouchet a indiquĂ© qu’il allait interpellĂ© le garde des Sceaux sur ces sujets.

Le Dauphiné

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.