C’était le 26 septembre 2016. Lors de son transfèrement de la maison d’arrêt de Bonneville (Haute-Savoie) au centre pénitentiaire de Bourg-en-Bresse, la fouille avait révélé la présence, dissimulée dans sa « marge annale », d’un bloc « de couleur brunâtre ». Il s’agissait de 30 grammes de résine de cannabis.

Explication : « J’étais transféré à Bourg-en-Bresse et je ne connaissais personne ici. Comme je suis un gros consommateur, j’avais emmené ma consommation personnelle. »

Le tribunal n’a pas vraiment apprécié cette décontraction.

Il sera condamné à 3 mois de prison supplémentaire.

Le progres

Publicités