Le syndicat national pénitentiaire FO a appelé au blocage de la maison d’arrêt de Chambéry aujourd’hui, afin de dénoncer la surpopulation carcérale. « On atteint un taux d’occupation de 210 %. On va commencer à sortir les crocs ». Thierry Gidon, délégué FO des surveillants est sur les dents. « Il y a eu encore deux arrivants ce week-end, quatre vendredi et on nous a transférés quatre personnes qui passent aux assises mi-janvier. Un mois et demi avant. »

La maison d’arrêt de Chambéry compte 63 places et plus de 130 détenus selon FO. Une vingtaine de surveillants, en congé ou en repos car ils n’ont pas le droit de grève, se sont donné rendez-vous ce matin à 6 h 30 devant les portes de l’établissement pénitentiaire. Les surveillants veulent interpeller les institutions judiciaires et l’administration pénitentiaire. « Il faut qu’il désengorge la maison d’arrêt. » Ils demandent aussi aux magistrats “la mise en place d’aménagements de peine pour les toutes petites peines” et “une répartition équitable et proportionnelle des arrivants sur les établissements savoyards en fonction des capacités d’accueil des structures”.

Ils ont prévu de faire brûler des palettes devant la prison. « On va bloquer les extractions judiciaires, mais on ne touchera pas aux parloirs. » Les avocats et les intervenants seront repoussés ajoute le délégué syndical.

En revanche, ils laisseront entrer le service médical et les livraisons de nourriture pour ne pas pénaliser la population pénale. Ils n’entraveront pas non plus le transfert d’un détenu.

Le Dauphiné

Publicités