🇫🇷 Montauban: un dĂ©tenu plongĂ© dans le coma après l’incendie

Un dĂ©tenu de 19 ans est toujours dans un Ă©tat critique après avoir mis le feu Ă  son matelas, lundi soir, provoquant aussi l’intoxication plus lĂ©gère de quatre autres personnes, dont deux surveillants.

La nuit de lundi Ă  mardi a Ă©tĂ© agitĂ©e Ă  la maison d’arrĂŞt Beausoleil, Ă  Montauban. L’alarme incendie s’est dĂ©clenchĂ©e peu après 21 heures (lire notre Ă©dition d’hier). Des dĂ©tenus se sont mis Ă©galement Ă  crier. Le feu s’est dĂ©clarĂ© dans une cellule du quartier disciplinaire et a pris des proportions importantes en raison de l’Ă©paisse fumĂ©e noire dĂ©gagĂ©e par un matelas en train de se consumer.

Deux surveillants, chargĂ©s des rondes, ont aussitĂ´t activĂ© toute la procĂ©dure prĂ©vue en pareil cas. Ils ont alertĂ© un gradĂ©, le seul Ă  disposer des clefs, puis enfilĂ© les masques et les habits isolants. Pompiers, Samu, police nationale : de nombreux secours ont affluĂ© Ă  la prison. Très rapidement, les gardiens ont extrait trois dĂ©tenus incarcĂ©rĂ©s dans trois cellules du quartier disciplinaire, se situant Ă  l’Ă©cart de la zone de dĂ©tention.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Fleury-MĂ©rogis : Un surveillant lynchĂ© par un dĂ©tenu de la prison

Le plus gravement atteint est celui qui a mis le feu Ă  son matelas, âgĂ© de 19 ans. Ayant inhalĂ© beaucoup de fumĂ©e, l’individu a Ă©tĂ© transportĂ© vers un hĂ´pital toulousain dans un Ă©tat grave. Selon les secours, son pronostic vital Ă©tait engagĂ© en quittant la prison de Montauban. Hier après-midi, le parquet de Montauban a fait savoir que le dĂ©tenu, condamnĂ© pour un vol Ă  main armĂ©e commis dans le Tarn-et-Garonne se trouvait dĂ©sormais dans un coma artificiel. Le dĂ©linquant a Ă©tĂ© placĂ© en quartier disciplinaire après avoir insultĂ© et menacĂ©, jeudi dernier, trois agents de la maison d’arrĂŞt, deux femmes et un homme. Il a, semble-t-il, mal supportĂ© la sanction. Dans le quartier disciplinaire, les prisonniers ont la possibilitĂ© d’allumer des cigarettes Ă  l’aide d’un «allumoir», et dĂ©crivent une sorte d’allume-cigare introduit dans le mur de la cellule. «Il leur suffit de crĂ©er une petite mèche avec du papier pour mettre le feu ensuite au matelas», indique un surveillant.

La suite sur La dépêche

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.