🇫🇷 Saint-Brieuc. Les surveillants de prison inquiets : 184 détenus pour 83 places

Les surveillants de la maison d’arrĂŞt de Saint-Brieuc ont dĂ©cidĂ© de tirer la sonnette d’alarme. Une nouvelle fois. RĂ©gulièrement, ils dĂ©noncent la surpopulation carcĂ©rale. « Mais lĂ , on atteint un seuil critique : 184 dĂ©tenus pour 83 places, indiquait, hier soir, un surveillant de prison briochin. On est très inquiet. »

Ce qui mine particulièrement les surveillants, c’est que les magistrats continuent Ă  envoyer de nouveaux dĂ©tenus Ă  la prison de Saint-Brieuc. « 22 en huit jours », a comptĂ© un agent. « Hier, je devais gĂ©rer 65 dĂ©tenus Ă  mon Ă©tage, raconte un surveillant. Ils n’ont pas de douche dans leur cellule, alors j’ai dĂ» faire le porte-clefs toute la journĂ©e pour qu’ils puissent aller se laver. Je n’ai pas pu rĂ©pondre aux autres sollicitations… » Ce qui peut gĂ©nĂ©rer de la frustration, voire de la tension chez certains.

« Des cellules que l’on ne peut pas utiliser »

L’autre problème, c’est que les agents et leur administration n’ont pas la mĂŞme façon de compter les places. Selon la direction interrĂ©gionale de l’administration pĂ©nitentiaire, il y a 202 places dans la prison de Saint-Brieuc. Pour le syndicat FO, il y en a 83.

Ă€ Lire :  🇫🇷 Le-Mans: 140 dĂ©tenus de la prison prĂ©parent leur sortie

La direction compte les lits superposĂ©s : il y en a jusqu’Ă  trois par cellules actuellement Ă  Saint-Brieuc. Des lits sur lesquels les dĂ©tenus ne peuvent mĂŞme pas se redresser pour lire un bouquin. « La direction nous dit de ne pas nous plaindre car il n’y a pas de matelas parterre », dĂ©plore une reprĂ©sentante syndicale FO. La cellule individuelle, c’est pourtant un droit pour les dĂ©tenus. Un droit qui est gravĂ© dans la loi.

Parmi les 202 places que compte l’administration pĂ©nitentiaire, « il y a des cellules que l’on ne peut pas utiliser, en quartier disciplinaire, ou des cellules qui sont presque capitonnĂ©es pour les dĂ©tenus en crise ». Pour faire face Ă  cette surpopulation, la direction de la prison a dĂ©cidĂ© de mĂ©langer certains dĂ©tenus qui exĂ©cutent leur peine de façon ferme, Ă  d’autres qui sont en semi-libertĂ© (ils peuvent sortir la journĂ©e). Une situation quasi-inĂ©dite.

Ouest-France

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.