L’homme est âgé de 32 ans. Il est incarcéré provisoirement dans le cadre de l’enquête liée à la mort de Malik Barbin, poignardé le vendredi 19 août.

Il comparaît lundi 18 décembre devant le tribunal de Béthune pour avoir dégradé volontairement sa cellule. Il aurait mis le feu à son pantalon le 7 décembre. Son conseil explique à l’audience qu’il avait été « pris d’une vision dans laquelle il voyait sa sœur qui lui disait que son pantalon était porteur d’une malédiction. Elle lui aurait dit de brûler son pantalon. »

Devant de telles déclarations, son avocate a demandé le renvoi de l’affaire à une date ultérieure le temps de demander une expertise psychiatrique. Celle-ci pourrait alors décider d’une irresponsabilité pénale.

L’homme devrait être jugé pour ces faits en février 2018. En attendant, il a été maintenu en détention.

L’avenir de l’artois

Vous aimez cet article ? Participez Ă  l'Ă©volution d'ACTUPenit.com avec un DON !

Publicités