Le tribunal correctionnel devait jugĂ© neuf prĂ©venus dont trois incarcĂ©rĂ©s Ă  la maison d’arrĂȘt d’Aurillac pour un trafic de drogue dans la prison.

L’enquĂȘte dĂ©marre par la dĂ©nonciation d’un dĂ©tenu. Dans la foulĂ©e cela permet de retrouver de la rĂ©sine de cannabis, des tĂ©lĂ©phones et des cartes SIM dans trois cellules de la maison d’arrĂȘt.

D’aprĂšs l’enquĂȘte ce sont deux compagnes de dĂ©tenu, et une maman de 50 ans qui faisaient entrer les objets prohibĂ©s Ă  l’intĂ©rieur de l’Ă©tablissement.

Le procureur Marc Rous indique « C’est la montagne qui accouche d’une souris. C’est beaucoup de travail d’enquĂȘte, pour quelque chose qui donne l’impression de n’ĂȘtre rien du tout. On se demanderait presque pourquoi on est devant un tribunal correctionnel
 Sauf que cela se passe en prison ! Et personne n’apparaĂźt choquĂ© de faire entrer ce genre de produit en dĂ©tention
 « . Il requiert six mois ferme pour les trois dĂ©tenus concernĂ©s, et des peines allant de 1 mois avec sursis Ă  un mois ferme et 300 € d’amende pour les fournisseurs.

Le tribunal condamne les trois personnes dĂ©tenues, Ă  l’Ă©poque, Ă  quatre mois de prison ferme. Pour les six autres prĂ©venus, les peines vont de 300 € d’amende avec sursis Ă  un mois de prison et 300 € d’amende.

Plus d’infos sur La montagne…

Publicités