Alors que le mouvement de blocage touche à sa fin au centre pénitentiaire de Maubeuge, 80 à 90 % des surveillants étaient encore en arrêt maladie ce week-end.

Après deux semaines de mobilisation, les surveillants s’apprĂŞtent Ă  reprendre le travail Mais pas de gaietĂ© de cĹ“ur. FO et la CGT ne voulaient pas capituler, mais le syndicat majoritaire UFAP a plaidĂ© pour une sortie de crise en signant un projet d’accord avec le ministère de la justice.

Les policiers étaient toujours sur place ainsi que les gendarmes mobiles prêt à parer à tout événement.

Plus d’infos sur La Voix du Nord