Une mère de détenu du centre de détention de Rennes-Vezin est en colère après le mouvement des surveillants de prison. Pendant cette semaine de conflit, son garçon a vécu, selon elle, des conditions carcérales cruelles. Elle a décidé de porter plainte.

 

Cette femme ne veut pas ĂŞtre reconnue. Elle se fait appeler Henriette., ne donne pas son nom. Pas de photo. Pas d’adresse non plus. Rien qui puisse permettre d’identifier son fils dĂ©tenu au centre pĂ©nitentiaire de Rennes-Vezin. Elle s’inquiète pour lui. Après cette semaine de conflit, Henriette est allĂ©e lui rendre visite au parloir. « Il ne faisait que de parler. Je ne pouvais pas en placer une. Il ne faisait que parler de ce qui s’est passĂ©. Il Ă©tait stressĂ©. ». La mère savait que cette semaine lĂ , les parloirs avaient Ă©tĂ© annulĂ©s, que les promenades avaient sautĂ©. Mais elle ignorait que l’Ă©lectricitĂ© et l’eau avait Ă©tĂ© coupĂ©e un soir.  Elle n’imaginait pas les vexations. « Mon fils m’a dit qu’il n’avait plus de cantine, donc plus de cigarettes.

Surtout, elle ne soupçonnait pas les violences. « Vendredi matin, mon fils m’a appelĂ©e… ». Henriette s’arrĂŞte. Elle hĂ©site Ă  poursuivre. Les tĂ©lĂ©phones portables sont interdits en prison. Mais elle poursuit: « Mon fils m’a appelĂ© en pleurant. Il s’est fait rĂ©veiller par des hommes qui l’ont tapĂ©. Il Ă©tait couchĂ©. Il ne savait plus trop si c’Ă©tait des gardiens ou des policiers car ils portaient des gants et des casques. Ils ont fait çà dans plusieurs cellules Ă  son Ă©tage. ». Mais il y a eu d’autres violences, selon son gars. « Il m’a dit qu »un dĂ©tenu avait eu le bras cassĂ© et un autre le visage en sang et un cocard. Je ne sais pas si c’est arrivĂ© pendant la mutinerie. En tout cas, ils ont Ă©tĂ© remis en cellule, sans soin, sans voir le mĂ©decin. Un autre dĂ©tenu, musulman, des gardiens lui ont arrachĂ© la barbe. Il saignait! ».

La suite sur France Bleu

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.