🇫🇷 Perpignan: « La direction veut nous faire payer coûte que coûte le mouvement »

Après les deux semaines de blocage lors du mouvement national qu’a connu les prisons françaises, les sanctions pleuvent sur le Centre pĂ©nitentiaire de Perpignan.

Les syndicats dénoncent un acharnement de leur direction. « La direction enchaîne les travers pour essayer de nous faire payer coûte que coûte le mouvement le plus dur de la région » tempêtent Johann Reig, délégué départemental de l’Ufap-Unsa Justice, Frédéric Jenot de FO Pénitentiaire et Stéphane Quintin pour la CGT.

Les responsables syndicaux dénoncent plus de quatre cents retenues sur salaire localement distribuées à ce jour. « Alors même que l’administration centrale avait décidé que rien ne devait être décompté à personne avant le 20 janvier, le directeur de Perpignan a contourné cette directive en tentant de doubler l’addition pour certains de nos collègues ».

Ils poursuivent « La hiérarchie locale ne voulant rien savoir, nos organisations négocient donc directement avec le ministère ».

Ces sanctions touchent l’ensemble du personnel, surveillants, personnels techniques et administratifs. « Une mĂ©thode totalement acharnĂ©e, disproportionnĂ©e », rappelant que le dĂ©brayage des surveillants rĂ©pondait Ă  une insĂ©curitĂ© derrière les barreaux devenue « intolĂ©rable ».

Plus d’infos sur l’indĂ©pendant

1 Commentaire

  1. Encore une direction, qui souhaite gravir les Ă©chelions sur le dos du petit personnel, mĂŞme voir avoir une trĂ©s belle prime de fin d’annĂ©e.
    Mais encore une direction qui oublie que sans le personnel elle n’est rien
    Toujours les mĂŞme qui trinquent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.