RĂ©unis dans un collectif, ils sont dĂ©sormais plus d’une centaine de « voisins des Baumettes » en colère. La cohabitation entre les habitants et les dĂ©tenus est très compliquĂ©e.

Officiellement, la nouvelle prison devait « amĂ©liorer grandement les conditions de vie des dĂ©tenus », tout en « limitant les nuisances » pour le quartier, promettait l’APIJ, l’Agence publique pour l’immobilier de la justice, en novembre 2012.

Un habitant tĂ©moigne, alors que je dĂ©jeunais sur ma terrasse un dĂ©tenu m’a menacĂ© en ces termes : « Oh toi lĂ -bas, avec le parasol jaune, tu rentres chez toi, ou on va s’occuper de ta femme »…

« Il est Ă©vident que les riverains sont plus exposĂ©s » aux nuisances, reconnaĂ®t Guillaume Piney, le nouveau directeur des Baumettes, auprès de l’AFP: « Ils n’inventent pas ».

Ce sont Ă©galement des parloirs « sauvages » Ă  toute heure de la nuit. Les riverains sont excĂ©dĂ©s.

Mais pas question d’occulter la vue depuis les fenĂŞtres des cellules, ou d’interdire leur ouverture. Ce serait « contraire aux règles humanitaires de dĂ©tention », a expliquĂ© M. Piney aux riverains.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Plus d’infos sur l’express

Publicités