La direction du centre de dĂ©tention de Val de Reuil, envisagerait des retenues sur salaire pour les surveillants qui ont Ă©tĂ© en arrĂȘt de travail pendant la grĂšve de janvier.

160 agents sont concernés.

Le mouvement de protestation des surveillants pĂ©nitentiaires a durĂ© une quinzaine de jours. De nombreux surveillants se sont vus prescrire dans le mĂȘme temps un arrĂȘt de travail.

160 surveillants, soit la moitiĂ© de l’effectif, seraient concernĂ©s. Ils ont eu un arrĂȘt de travail, en bonne et due forme prescrit par un mĂ©decin mais la direction de l’Ă©tablissement souhaite contredire le corps mĂ©dical en sanctionnant les surveillants malades.

Si la sanction financiÚre était confirmée, les fonctionnaires pourraient perdre 300, 400 voire 1000 euros pour les plus anciens.

Tous les directeurs d’Ă©tablissements pĂ©nitentiaires n’auraient pas dĂ©cidĂ© d’appliquer ces sanctions financiĂšres. Cela concernerait une cinquantaine de prisons françaises.

Si la direction ne revenait pas sur sa décision, un surveillant promet de saisir le tribunal administratif.

Vous aimez cet article ?

Participez Ă  l’évolution d’ACTU PĂ©nitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

France Bleu

 

Publicités