Un dĂ©tenu de 24 ans, incarcĂ©rĂ© Ă  la maison d’arrĂŞt de GuĂ©ret, a Ă©tĂ© jugĂ© pour des faits d’outrages et de violence verbale et physique Ă  l’encontre d’un surveillant par le tribunal correctionnel de GuĂ©ret.

Le 20 janvier, Cet homme de 24 ans, détenu depuis trois semaines à la maison d’arrêt, a laissé exploser sa colère contre un surveillant, alors que celui-ci venait de lui servir son repas. Ce qui est certain : « une assiette a volé », le jeune détenu a empoigné le surveillant par le col. Difficilement maîtrisé, le détenu a proféré des paroles constituant un « outrage », avant de casser ce qu’il avait sous la main dans la cellule du quartier disciplinaire.

Ă€ la barre du tribunal, le jeune homme a contestĂ© avoir employĂ© ce vocabulaire. Il s’est dĂ©crit comme « victime » d’un surveillant. « Il m’a criĂ© dessus et a poustillonnĂ© dans mon assiette avant de me frapper ».

Comme le relève le procureur de la République Bruno Sauvage : « Ce n’est pas ce que dit votre codétenu : le surveillant s’est adressé à vous avec courtoisie et vous vous êtes mis à le tutoyer en haussant le ton ».

Le tribunal correctionnel de Guéret a décidé de le maintenir en détention. Une peine de quatre mois lui a été infligée, sans aménagement de peine. Il devra également verser 500 euros au surveillant  pénitentiaire au titre du préjudice moral.

La montagne