Une ancienne détenue du centre de détention de Roanne, aujourd’hui incarcérée à Poitiers, comparaissait devant le tribunal de Roanne pour une affaire de recel de bien.

Les faits se sont dĂ©roulĂ©s en dĂ©cembre, alors qu’elle sort d’un parloir, la dĂ©tenue sonne au portique de sĂ©curitĂ©. Après plusieurs fouilles et un changement de vĂŞtement, le portique sonnait toujours.

EmmenĂ©e Ă  l’hĂ´pital afin d’y subir une radiographie, cette dernière va rĂ©vĂ©ler la prĂ©sence d’un tĂ©lĂ©phone et de son chargeur dans la partie intime de la dĂ©tenue.

« Je ne le rendrai pas. Il appartient à une codétenue, et je risque des représailles. Il y a des éléments compromettant dedans.  » Elle mettra quatre jours à se décider «d’éjecter» les objets.

Le tribunal l’a condamnĂ© Ă  trois mois de prison supplĂ©mentaire.

Le progrès

*photo d’illustration