La tension est moins visible puisque les pneus ont cessé de brûler devant les prisons de la région, mais elle n’est pas retombée entre les surveillants de prison et leur direction.

Après le mouvement de grève, fin janvier, les sanctions administratives commencent à tomber. Elles sont sans surprises. C’est qu’au dixième jour de grève, alors que les négociations étaient dans l’impasse, Stéphane Bredin, directeur de l’administration pénitentiaire, avait demandé aux chefs des différents établissements, dans un courrier de deux pages, de prendre des sanctions à l’encontre des grévistes, les surveillants de prison étant privés de droit de grève de par leurs fonctions.

Ă€ Amiens, 16 agents auront des retenues sur leur salaire. 4 Ă©taient en arrĂŞt maladie.

À Beauvais, 80 agents sont concernés.

Des agents Ă  la prison de Liancourt (Oise) sont dans la mĂŞme situation.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Plus de détails sur Courrier-Picard

Abonnez-vous Ă  ce blog par e-mail.

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner Ă  ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.