🇫🇷 Nicole Belloubet défend les mesures du projet d’Emmanuel Macron

Ce mercredi 7 mars, au lendemain des annonces d’Emmanuel Macron en matière de politique carcĂ©rale et de rĂ©forme des prisons, Nicole Belloubet la garde des Sceaux dĂ©fendait les mesures du projet.

La principale annonce est de mettre fin aux peines de prison de moins d’un mois. « Une peine d’emprisonnement d’un mois a peu de rĂ©ussite car elle entraĂ®ne souvent de la rĂ©cidive » explique la ministre. Celles-ci seront dorĂ©navant remplacĂ©es par « d’autres sanctions », comme les TIG (travaux d’intĂ©rĂŞt gĂ©nĂ©ral), Ă©levĂ©s en peine autonome (c’est-Ă -dire qu’ils pourront ĂŞtre prononcĂ©s Ă  l’audience par le juge, au lieu d’ĂŞtre dĂ©cidĂ©s ensuite par le juge d’application des peines.)

MĂŞme philosophie sur les condamnations allant de un Ă  six mois. LĂ  encore, le gouvernement entend gĂ©nĂ©raliser les peines alternatives comme le bracelet Ă©lectronique. Nicole Belloubet prĂ©cise : « Entre 1 et 6 mois, un condamnĂ© n’a pas le temps d’effectuer un travail d’insertion et souvent il est coupĂ© de sa vie sociale. L’idĂ©e, c’est que les sanctions permettent le maintien du lien social. »

L’une des promesses phares d’Emmanuel Macron de crĂ©er 15.000 nouvelles places de prison ne verra pas le jour. Le prĂ©sident a en effet annoncĂ© un chiffre de 7.000 nouvelles places crĂ©Ă©es durant le quinquennat. Sur ce point encore, Nicole Belloubet est fidèle au poste et assure ne voir dans cette nouvelle annonce aucune promesse brisĂ©e :  « Il faut des Ă©tablissements diffĂ©renciĂ©s suivant la nature des peines. »

Plus d’infos sur LCI

Soyez le premier Ă  commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.




Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.