Alors que le centre pĂ©nitentiaire de Riom Ă©tait nommĂ© comme un Ă©tablissement Ă  rĂ©insertion active (ERA), basĂ© sur la mise en Ĺ“uvre des droits fondamentaux reconnus par la loi pĂ©nitentiaire dont l’encellulement individuel, la rĂ©alitĂ© est bien diffĂ©rente.

Au lieu d’ĂŞtre seul en cellule, les dĂ©tenus sont doublĂ©s dans 8m2.

Mais il n’y a pas de lits superposĂ©s dans cette Ă©tablissement, faute de budget selon un syndicat.

Alors que l’Ă©tablissement est gĂ©rĂ© par une sociĂ©tĂ© privĂ©e qui coĂ»te Ă  l’Ă©tat plus d’un million d’euros par mois, celle-ci n’est pas en mesure de fournir des lits supplĂ©mentaires.

Les détenus dorment donc sur des matelas posés au sol.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Source syndicale