Le gouvernement envisage la crĂ©ation d’une « quinzaine » de prisons ouvertes, destinĂ©es aux dĂ©tenus en fin de peine, au cours du quinquennat, a dĂ©clarĂ© la garde des Sceaux Nicole Belloubet mercredi Ă  l’AssemblĂ©e nationale.

Un Ă©tablissement sans mur d’enceinte qui favorise la rĂ©insertion et diminue la violence, qui devrait pouvoir accueillir une centaine de dĂ©tenus, avec un suivi singulier, une vĂ©ritable activitĂ© de travail et qui amĂ©liore leurs relations avec leur environnement familial.

La seule « prison ouverte » française est celle de Casabianda, en Corse, où 85 des 124 détenus, en majorité des délinquants sexuels, travaillent sur un domaine agricole de 1.500 hectares et sont rémunérés, comme le veut la loi, à hauteur de 45% du salaire minimum horaire.

Nicole Belloubet doit présenter en avril une proposition de loi pénale et une loi de programmation de la Justice, qui comprendra un volet immobilier pénitentiaire. Mardi, Emmanuel Macron a revu à la baisse le nombre de places de prison supplémentaires promises, passant de 15.000 à 7.000 au cours de ce quinquennat.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Public-SĂ©nat