Selon le monde, le renseignement pénitentiaire est très vigilant concernant la multiplication des velléités de mariages en prison entre condamnés pour terrorisme, ou prévenus sous main de justice fichés pour radicalisation.

Un procès s’ouvre d’ailleurs ce vendredi devant le tribunal correctionnel de Paris.

Une femme de 24 ans, arrĂŞtĂ©e en 2015 Ă  son retour en France après avoir passĂ© un an dans les rangs de l’organisation Etat islamique est soupçonnĂ©e d’avoir recrutĂ© sur les rĂ©seaux sociaux, d’ĂŞtre une « marieuse » chargĂ©e de trouver une Ă©pouse aux combattants.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Plus d’infos sur le monde

Publicités