130 agents de la maison d’arrêt de Beauvais, et 20 autres de Liancourt vont subir des sanctions pécuniaires à la suite du mouvement de protestation de janvier 2018.

Pendant 12 jours de blocage, une épidémie avait secoué la pénitentiaire.

L’administration pĂ©nitentiaire a dĂ©cidĂ© de sanctionner tous les agents en arrĂŞt-maladie pendant la grève.

Les 150 surveillants verront 1/30e de retenue de salaire par jour d’arrêt, soit une moyenne de 300 € pour cinq jours de maladie.

Le syndicat FO invite les agents à faire des recours hiérarchiques et, si ça n’aboutit pas, à se présenter devant le tribunal administratif.

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Le Parisien