Le tribunal administratif de Bastia a considéré que les faits reprochés à cet imam par le directeur interrégional des services pénitentiaires de Marseille ne présentaient pas un caractère de gravité suffisant.

L’administration pĂ©nitentiaire avait retirĂ© Ă  Lamrani Elhouabi l’agrĂ©ment lui permettant de rendre visite aux dĂ©tenus de confession musulmane Ă  la maison d’arrĂŞt de Borgo (Haute-Corse).

Pour motiver sa décision, le tribunal administratif a estimé que le ministère de la justice ne produisait aucun élément démontrant les faits reprochés.

Il avait Ă©tĂ© notament reprochĂ© Ă  l’imam d’avoir refusĂ©, lors d’une rĂ©union publique d’avoir refusĂ© de serrer la main Ă  des femmes et une « note blanche » du ministère de l’intĂ©rieur indiquait un changement d’attitude et de comportement.

Le tribunal demande au Ministre de la justice de rĂ©examiner la situation de l’imam, jugeant les Ă©lĂ©ments pas assez prĂ©cis.

 

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00