Un sentiment de dĂ©gout et de consternation règne au centre pĂ©nitentiaire de Gradignan après le « mauvais coup de l’administration » dĂ©noncĂ© par les agents sur place.

Tous les surveillants qui avaient participé au mouvement de grève nationale de janvier ont eu la mauvaise surprise en recevant leur fiche de paye du mois de mars.

Entre 60 et 70 euros de perte de salaire par jour de grève.

La prison de Gradignan avait compté 100% de grévistes.

Tous les surveillants de France ne sont pourtant pas logĂ©s Ă  la mĂŞme enseigne car dans certains Ă©tablissements les grĂ©vistes n’ont pas Ă©tĂ© sanctionnĂ©s.

France Bleu

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Publicités