Fabrice Touil sera bientĂ´t jugĂ© dans une gigantesque escroquerie Ă  la TVA, il est Ă©galement soupçonnĂ© d’avoir corrompu un directeur de la prison de Fresnes.

Alors qu’il attend d’ĂŞtre jugĂ© dans un dossier d’escroquerie le voilĂ  propulsĂ© depuis trois semaines au coeur d’un nouveau scandale qui Ă©branle, celui-lĂ , l’administration pĂ©nitentiaire : un système de corruption dĂ©busquĂ© Ă  la maison d’arrĂŞt de Fresnes (Val-de-Marne). De l’argent offert en contrepartie de faveurs accordĂ©es aux dĂ©tenus de confession juive: croissants et pains au chocolats, douches plus frĂ©quentes, mansuĂ©tude en cas d’incident, et mĂŞme prostituĂ©es au parloir…

A 41 ans, Fabrice Touil refait donc un tour derrière les barreaux, après six mois de libertĂ© sous surveillance Ă©lectronique. Le 29 mars dernier, c’est avec les menottes qu’il arrive devant les juges du tribunal correctionnel de Paris. Assis sur le banc des prĂ©venus entre deux gendarmes, il jure qu’il n’a « rien Ă  voir avec ces histoires » de corruption. Sweat noir et visage sombre, il esquisse une explication : « Je suis malchanceux, le sort s’acharne contre moi. » Un comble pour cet habituĂ© des tables de jeux, de Paris Ă  Las Vegas…

La suite ici….

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00