Un homme de 30 ans a Ă©tĂ© jugĂ© en comparution immĂ©diate pour « destruction de biens par moyens dangereux » et « apologie d’actes terroristes » par le tribunal correctionnel de Perpignan.

InterpellĂ© par les gendarmes du Psig (peloton de surveillance et d’intervention) de Rivesaltes Ă  la suite de trois incendies successifs de vĂ©hicules particuliers Ă  Canet-en-Roussillon, l’individu avait profĂ©rĂ© des menaces pour le moins inquiĂ©tantes. « L’attentat de Trèbes c’est rien. Attendez que je sorte de prison. Je vais saigner un de vous. Dieu est grand et il vaut tout. » Des propos qu’il aurait rĂ©itĂ©rĂ©s après dĂ©grisement.

Le procureur a requis une peine de trois ans de prison ferme, mais devant le profil complexe de l’intĂ©ressĂ© , le tribunal n’a finalement pas statuĂ© sur ce dossier, estimant ne pas disposer d’assez d’Ă©lĂ©ments, et a dĂ©cidĂ© de renvoyer l’affaire Ă  l’instruction afin de procĂ©der Ă  des investigations et des expertises complĂ©mentaires.

Dans l’attente, l’homme a Ă©tĂ© maintenu en dĂ©tention. Le psychiatre insiste sur « la haine » de l’intĂ©ressĂ© qui « n’est pas feinte » et « doit ĂŞtre prise en compte ».

Vous aimez cet article ?

Participez à l’évolution d’ACTU Pénitentiaire avec un don de 1,00 € !

€1,00

Plus d’infos sur midi libre

Publicités